Yggdrasil

Au centre de l'univers trône le frêne universel, Yggdrasil. Il est le plus majestueux et le plus resplendissant des arbres dont la ramure s'étend par dessus les neuf mondes qu'il structure. Au nombre de trois, ses racines plongent dans le sol à l'endroit où se situent des puits aux vertus prodigieuses, dont celui de Mime.

La première racine s'enfonce aux abords de la source glacée de Hvergelmir, à Nibelheim, le pays des brumes. Ce fut de cet endroit précis que surgirent autrefois les Élivagar, les fleuves empoisonnés qui comblèrent le vide originel de Ginnungagap. Mais cette racine souffre en permanence du supplice que lui inflige Nidhogg, le serpent qui, dès qu'il a une indigestion des cadavres des morts qu'il a ingurgités ronge la racine par le dessous pour se remettre l'estomac.

La deuxième se situe près du puits de Mime, à Jotunheim, le pays des géants. Le puits est réputé pour être une source inépuisable de science et de sagesse gardée par la tête de Mime qui se délectait autrefois de son eau à l'aide de la corne de Gjalar, acquérant ainsi ses connaissances. Un jour que Wotan voulut lui aussi en boire une gorgée afin d'obtenir le savoir nécessaire au chef des Dieux qu'il était, Mime lui imposa en contrepartie qu'il donnât son oeil gauche en gage.

Depuis ce temps, le Père des armées est aussi devenu le dieu borgne, son oeil flottant comme la lune à la surface de l'onde. Ensuite, afin de parfaire son initiation à la connaissance, Wotan se pendit à une branche d'Yggdrasil durant neuf jours et neuf nuits. Transpercé au flanc par une lance, privé de toute nourriture, Wotan hurlant, livré à lui par lui-même, étudia les runes originelles qu'il avait gravées dans le sol avant de retomber, instruit par son épreuve initiatique du savoir infini.

La troisième racine d'Yggdrasil est plantée près du puits d'Urd, à Idavoll, dans le domaine des Ases où les Dieux chaque jour se réunissent pour tenir conseil et se divertir. Dans l'eau de cette source vivent deux êtres nommés Cygne et dont sont issus les oiseaux sacrés du même nom. À ce puits se tiennent également les Nornes Urd, Verdande et Skuld qui filent inlassablement la tresse du destin de l'univers, la première connaissant le passé, la suivante observant le présent et la dernière distinguant l'avenir.

Conscientes des périls qui menacent le monde et de l'importance du frêne qui seul assure sa stabilité, les Nornes sans trêve prennent de l'eau de la source et, l'ayant mélangée à de la terre, en appliquent la boue là où Nidhogg laisse les traces de sa morsure dans l'écorce.

De cette eau qui est apportée sur le tronc et en retombe est issue la rosée du matin dont se nourrissent les abeilles dont le miel permet la confection de l'hydromel, boisson prisée des Dieux et de leurs servants. Rien pourtant ne peut arrêter les dommages causés par le serpent de Nibelheim, ni empêcher plus haut les quatre cerfs Dain, Dvalin, Duneyr et Durathror de brouter l'écorce de l'arbre sacré parmi les branches duquel ils courent.

Toujours plus haut, la ramure d'Yggdrasil est animée du va-et-vient perpétuel de l'écureuil Ratatosk qui voyage du pied aux frondaisons de l'arbre où vit l'être le plus élevé de l'univers, le suprême aigle entre les yeux duquel se tient le faucon Vedrfolnir. Amusé, l'écureuil sert de messager, colportant entre Nidhogg et l'aigle les invectives qu'ils s'échangent. Dans le feuillage du frêne universel vivent en outre deux humains discrets, Lif et Lifthrasir qui, quand se déchaîneront les forces cosmiques du Crépuscule des Dieux, échapperont à la destruction et peupleront un monde régénéré.

Ainsi sont les neuf mondes que soutient le grand frêne universel Yggdrasil : Muspellheim, pays du feu, Nibelheim, pays des brumes, Gottheim ou Asgard, pays des Ases, Vanaheim, pays des Vanes, Jotunheim, pays des géants, Svartalfheim, pays des elfes noirs, Alfheim, pays des elfes blancs, Helheim, pays des morts et Mannheim, pays des hommes.

Voyance par téléphone

Je souhaite une consultation voyance privée